Sélectionner une page

Une annonce importante de Facebook (encore eux…) est tombée le 17 octobre dernier : la firme californienne recherche plus de 10000 personnes “hautement qualifiées”, principalement en Europe, pour développer “la plateforme informatique du futur”. Une offre mystérieuse, mais qui annonce quelque chose de très grand.

C’est quoi, un métavers ?

Vous voyez le film “Ready Player One” de Steven Spielberg ? Et bien, c’est à peu près ça, un métavers. Et pour celles et ceux qui n’auraient pas vu ce film, je vais expliquer un peu plsu en détail.

Un métavers, c’est un univers virtuel alternatif dans lequel les gens pourraient naviguer et échanger dans un monde complètement en trois dimensions grâce à des casques de réalité virtuelle. Pour les plus anciens, cela ressemble un peu à ce que Second Life proposait au début des années 2000 (un monde en ligne en 3D, et en très basse connexion), mais la réalité virtuelle en plus.

On retrouve aussi ce concept dans les jeux massivement multijoueurs comme les MMORPG (jeux de rôles massivement multijoueur) comme “World of Warcraft” ou “New World”, ou sur “Fortnite” (qui n’est plus à présenter).

Pourquoi Facebook s’intéresse aux métavers ?

C’est surtout une suite logique de la stratégie d’entrerpise de Facebook. En février 2014, Mark Zuckerberg (CEO de Facebook) annonçait la volonté de créer de nouveaux mondes virtuels “pour capturer et communiquer de nouvelles formes d’expériences”. Le mois suivant, Facebook achetait l’Oculus VR, une start-up qui travaillait sur la conception de casques de réalité virtuelle, pour 2 milliards de dollars.

Tout l’enjeu de Faceboook est donc de créer un monde virtuel en 3D, non pass tourner sur l’aventure comme les MMORPG, mais plutôt sur les bases d’un Second Life. Tout n’est que supposition, car Facebook n’a pas communiqué sur les contours de ce projet faramineux.

Un métavers, mais pour qui ?

Pour le moment, à la suite de cette annonce, la réaction est plutôt mitigée. Même si d’autres entreprises (Epic Games, avec “Fortnite”, par exemple) souhaitent aller sur cette voie, l’idée d’un monde virtuel piloté par Facebook (en partie, ou totalement) sonne un peu comme un “terrifiant avenir dystopique” surtout vu les affaires dont Facebook doit faire face.

En effet, cette annonce d’un métavers est plutôt perçue comme une diversion face aux critiques que la firme américaine est en train de subir : le fuite d’informations indiquant que le caractère toxique d’Instagram est connu de Facebook, la panne mondiale du début du mois, sa façon de gérer les fakenews, …

À voir comment ce projet va évoluer dans le futur, et comment il sera perçu par le plus grand public. Wait and see…

Plus d’informations :

Métaverse de Facebook : que sait-on du projet de monde persistant et virtuel rêvé par Mark Zuckerberg ?

Partager :